Support Téléphonique

Nos conseillers sont à
votre écoute au
01 30 08 73 30

 
01 30 08 73 30

Vous n'avez aucun produit dans votre panier.

Swipe to the left
Savez-vous différencier le vrai miel du faux ?
Par Elise 22/03/2017 Vu 1047

Un produit qui a été falsifié peut se reconnaître facilement

Les bienfaits du miel sont nombreux, notamment en raison de ses pouvoirs antioxydants, antiseptiques et probiotiques. Source d’énergie relativement peu calorique, il est devenu un produit phare de l’alimentation, au risque parfois d’être falsifié. Si reconnaître un bon miel du premier coup d’œil n’est pas toujours simple, il existe heureusement quelques astuces pour apprendre à différencier le faux du vrai.

Arnaque au miel : un marché saturé par le faux

En France, la production de miel a été divisée par deux en quinze ans, conséquence de l’utilisation excessive de certains pesticides. La demande des consommateurs reste pourtant très élevée, et s’explique par les innombrables propriétés du miel. Qu’il soit d’acacia, d’aubépine, ou encore de châtaignier, il soigne autant qu’il participe au renforcement des défenses immunitaires.

Certains entrepreneurs peu scrupuleux ont profité de cette situation pour faire importer du miel falsifié, vendu au prix du vrai. Il s’agit la plupart du temps d’un produit de synthèse ou d’un mélange de miel et d’eau sucrée. À elle seule, la Chine en exporte 300 000 tonnes par an. Le Centre d’études techniques apicoles de Moselle (CETAM), seul laboratoire de contrôle français indépendant, indique que 10 % du miel contrôlé est frauduleux.

Les étiquetages peuvent également faire l’objet de fraudes, et ne permettent pas forcément de différencier l’origine et la composition des produits.Il est toutefois important de savoir reconnaître un miel qui serait faux, notamment parce que ses propriétés s’en trouveraient fortement altérées.

Apprendre à différencier le bon et le mauvais miel

Depuis un décret paru en 2003, il n’est plus obligatoire de préciser la provenance exacte du miel sur l’emballage. Seule l’indication « Communauté Européenne » ou « hors CE » est imposée, et n’est de toute façon pas toujours fiable. Il est ainsi apparu que des produits s’affichant comme espagnols avaient en réalité été fabriqués en Chine.

Si les étiquettes ne suffisent pas toujours à distinguer le vrai miel du faux, certains ingrédients peuvent toutefois vous alerter. Le « sirop de maïs à haute teneur en fructose », ou le « glucose commercial », par exemple, indiquent qu’il s’agit d’un produit coupé ou impur.

D’autres indices vous aideront à reconnaître un produit falsifié :

– Le vrai miel a tendance à se cristalliser ou à se solidifier au fil du temps. Si un produit reste très liquide et ne durcit pas au bout de quelques jours, c’est qu’il contient probablement de l’eau.

– Vous pouvez aussi tester son taux d’humidité en enflammant quelques gouttes de miel au bout d’une allumette ou sur une mèche de bougie. S’il brûle facilement, c’est qu’il n’est pas saturé d’eau.

– Un miel corrompu pourra s’étirer et conserver sa consistance même en étant placé au réfrigérateur, alors que le miel pur durcira.

Astuce Conso : un produit local a moins de risque d’avoir été falsifié

Préférez toujours un produit local, et n’hésitez pas à rencontrer les apiculteurs de votre région. Visiter une exploitation vous permettra d’en savoir plus sur les conditions de récolte et le travail des abeilles. En plus de limiter votre impact sur l’environnement, vous aurez ainsi la garantie de consommer un miel de qualité. Cela vous donnera également l’occasion de découvrir d’autres produits issus de l’apiculture, par exemple la propolis et ses nombreuses vertus.