01 30 08 73 30

Vous n'avez aucun produit dans votre panier.

Swipe to the left
Savez-vous ce qu’est le logo bio Eurofeuille ?
Par Elise 16/04/2018 Vu 391

Comment les produits biologiques reçoivent-ils le label européen d’agriculture biologique ?

Depuis 2010, le logo Eurofeuille fleurit sur les paquets des produits issus de l’agriculture biologique. Ce label européen entend privilégier une agriculture locale tout en étant respectueuse de l’environnement et du bien-être animal. Mais connaissez-vous le cahier des charges de ce label bio ? Et par qui ce dernier est-il attribué aux produits biologiques ?

Découvrez ce que représente le label Eurofeuille

Avec sa feuille constituée d’étoiles blanches sur un fond vert, le label Eurofeuille tranche sur les emballages des produits bios. Il concerne tous les produits pré-emballés dans l’Union européenne qui répondent aux critères européens de l’agriculture biologique.

En ce qui concerne les cultures, la production doit être issue à 100 % de l’agriculture biologique (sans pesticides ni traitements chimiques après récolte), et à 95 % pour les produits transformés.

Pour l’élevage, les animaux doivent être nourris avec des aliments sans traitements pesticides ni OGM (avec une tolérance de 0,9 % pour ces derniers en cas de contamination fortuite). Le recours aux médicaments doit également être limité et le bien-être animal respecté. Aussi, l’espace vital minimal et individuel des bêtes doit être garanti, ainsi qu’un accès au plein air. Ce type d’élevage est nettement plus respectueux du vivant que l’élevage industriel.

Le label est obligatoire pour les produits bio européens, mais facultatifs pour les produits importés. Tous les aliments étiquetés avec le label doivent avoir les précisions suivantes sur l’emballage :

  • l’indication du lieu de production (« Agriculture UE » ou « Agriculture non UE »),
  • le numéro de code de l’organisme certificateur.

Qui détermine si ce produit est bio ou non ?

Quand un producteur, transformateur, importateur ou distributeur de produits issus de l’agriculture biologique veut recevoir la certification européenne, il doit en faire la demande, à sa charge, auprès d’un organisme indépendant comme Aclave, Agrocert, Ecocert, Certipaq Bio… Cela représente un coût non négligeable pour les professionnels, et cela se répercute parfois sur les prix des aliments.

En France, les organismes de certificationsont agréés par l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité), et accrédités par le COFRAC (Comité français d’accréditation). Ils subissent des contrôles pour garantir la valeur du label.

Ces administrations privées doivent également contrôler les exploitants certifiés au moins une fois par an pour s’assurer que le cahier des charges est bien respecté. Si ce n’est pas le cas, l’organisme peut procéder à des sanctions, à savoir déclasser les produits ou encore retirer l’habilitation au contrevenant. Ainsi, en 2016, il y a eu 5190 sanctions sur les 72 460 contrôles effectués.

Pourquoi y a-t-il d’autres labels certifiant une agriculture biologique ?

D’autres logos bataillent sur les paquets. Par exemple, l’Eurofeuille est toujours accompagnée du label français AB parce qu’il répond aux mêmes normes européennes. Il est donc automatiquement attribué à tous les producteurs ayant reçu la certification européenne. Par ailleurs, certains acteurs de la filière reprochent à ces normes d’avoir été trop assouplies et ont créé leur propre label. C’est le cas de Bio Cohérence, Nature & Progrès et d’autres encore.