01 30 08 73 30

Vous n'avez aucun produit dans votre panier.

Swipe to the left
Quinoa, riz, sarrasin, des céréales sans gluten pour remplacer le blé
Par Valentin 18/11/2015 Vu 4765

Adapter son alimentation en cas de maladie cœliaque

Le gluten se forme lorsque les protéines des blés sont mises en contact avec de l’eau et que le mélange est chauffé, par le pétrissage par exemple. Les personnes souffrant de maladie cœliaque sont totalement allergiques au gluten et ne doivent pas en consommer. L’intolérance au gluten, même si elle est moins grave, est responsable de nombreuses pathologies auto-immunes. Il convient dans les deux cas de chercher des céréales sans gluten ou des substituts pour remplacer le blé et adapter son alimentation.

Maladie cœliaque et intolérance au gluten, quelles différences ?

Alors que les régimes paléo ou hypotoxique préconisent la suppression du gluten dans l’alimentation, qu’en est-il réellement du point de vue de votre santé ? Il faut tout d’abord différencier l’allergie de l’intolérance au gluten. L’allergie au gluten, ou maladie cœliaque, est une réaction auto-immune du corps. L’absorption de gluten est alors totalement proscrite, car elle induit une réaction au niveau de l’intestin grêle conduisant à sa destruction. L’hypersensibilité au gluten cause un certain nombre de troubles, tels que ballonnements, diarrhées ou migraines, mais aurait également un rôle dans certaines pathologies comme le diabète, l’arthrite et la fibromyalgie. Les personnes intolérantes peuvent alors limiter le gluten présent dans leur alimentation et amélioreront ainsi considérablement leur état de santé.

Identifier les céréales sans gluten

La première étape pour exclure le gluten est d’identifier les aliments qui en contiennent. Les céréales à proscrire sont le blé, l’avoine, le seigle, l’orge et le triticale (un hybride du seigle et du blé), mais également l’épeautre, le kamut, le froment, l’orge et tous leurs dérivés, huiles, sons, amidons et extraits. La liste est longue, mais rassurez-vous, il existe de nombreux substituts au blé qui permettent de conserver une alimentation variée et gouteuse. Les céréales les plus faciles à se procurer sont le quinoa, le soja, le riz, le sarrasin et le millet. Vous pouvez les consommer telles quelles, mais aussi les trouver sous forme de pâtes, de semoule, de flocon ou de farine. Les légumineuses, telles que les pois chiches ou les lentilles, sont commercialisées sous forme de farine très intéressante à incorporer dans vos soupes ou à préparer en galettes.
L’amarante apporte du moelleux à vos gâteaux. Quant à la châtaigne, ce féculent à haute valeur énergétique peut être utilisé en purée. La farine de châtaigne est parfaite également pour confectionner du pain ou des crêpes délicieuses.
Supprimer le gluten revient le plus souvent à changer ses habitudes et à apprendre à cuisiner ces aliments nouveaux.

Le régime Seignalet, remplacer les aliments responsables de l’intolérance au gluten

Le régime hypotoxique interdit les glycotoxines développées par les céréales au contact de la chaleur. Ces glycotoxines, responsables de l’hypersensibilité au gluten, sont présentes dans les céréales, mais également dans les produits laitiers, les viandes grillées, le maïs et l’huile chauffée. Cette diète, mise au point par le Dr Seignalet, ne s’adresse pas seulement aux personnes souffrant de maladie cœliaque. Elle a été élaborée pour tous ceux qui souhaitent changer leurs habitudes alimentaires de façon globale pour se sentir mieux dans leur corps. Plus qu’un régime, il s’agit d’opérer un réel changement dans sa façon de consommer et de cuisiner les aliments. Largement employé par les naturopathes, le régime hypotoxique est très efficace dans les pathologies d’inflammation chronique comme l’arthrite, l’eczéma ou la fibromyalgie. Il est cependant très restrictif et doit faire l’objet d’un suivi par un praticien de santé afin d’éviter les carences.

Petit et grand épeautre, tous deux interdits si vous souffrez de maladie cœliaque

Le grand épeautre contient autant de gluten que le blé. Il est donc à proscrire dans le cadre d’un régime pauvre en gluten. Le petit épeautre, ou « engrain », est un ancêtre du blé n’ayant subi aucune modification génétique. Il contient du gluten également, mais en faible quantité, soit 10 fois moins que le blé, et sous une forme différente, mieux assimilée par l’organisme. Il peut être consommé dans le cadre d’un régime hypotoxique, mais reste toutefois totalement interdit en cas de maladie cœliaque.