Support Téléphonique

Nos conseillers sont à
votre écoute au
01 30 08 73 30

 
01 30 08 73 30

Vous n'avez aucun produit dans votre panier.

Swipe to the left
Prébiotiques et probiotiques : quelles sont les différences ?
Par Valentin 17/03/2016 Vu 2337

Les particularités de ces bactéries et de leurs nutriments

Notre flore intestinale a la particularité d’être composée de plusieurs souches de bactéries qui ont un effet bénéfique sur la santé, en s’opposant aux micro-organismes pathogènes et en stimulant les défenses du système immunitaire. Les probiotiques sont utilisés pour réensemencer cette flore microbienne par le biais de l’alimentation à la différence des prébiotiques qui leur servent de nutriments.

À quoi servent les probiotiques ?

Les probiotiques sont des organismes vivants (lactobacilles, bifidobactéries ou entérocoques) qui, absorbés régulièrement et en quantité suffisante, améliorent l’équilibre de l’organisme et de la flore intestinale à long terme, les rendant plus résistants aux agressions.
Les probiotiques facilitent aussi le rétablissement de la flore microbienne de l’intestin s’il y a eu dérèglement (maladie, prise d’antibiotique, stress) et contribuent à renforcer le système immunitaire tout en protégeant le système digestif. Ils sont effectivement capables d’activer les anticorps et les macrophages du système immunitaire en interagissant avec les tissus lymphatiques du côlon.
Pour avoir un effet bénéfique sur la santé, ces bactéries doivent être :

  • Vivantes ou lyophilisées,
  • Résistantes à l’acidité gastrique pour arriver intactes dans l’intestin,
  • Sélectionnées pour agir selon l’effet recherché (chaque souche a un effet différent),
  • Prises en cures d’au moins 10 jours par mois.

En consommant certains aliments fermentés qui en contiennent naturellement, on augmente le ratio de « bonnes » bactéries au détriment des « mauvaises ».

Parmi les sources de probiotiques, on retrouve :

  • Les produits laitiers (yaourts, fromages, kéfir)
  • Le poisson fermenté ou transformé (sauce Nuoc Mam, harengs, truites)
  • Les préparations à base de fèves de soja (sauce soja, miso, tempeh, tofu)/li>
  • Les légumes (choucroute)
  • Les compléments alimentaires (levure de bière active, Lactobacillus reuteri et Saccharomyces boulardii)

Quel est le rôle des prébiotiques ?

Les prébiotiques sont un ensemble de fibres constituées de glucides complexes qui ont la particularité de servir de nourriture aux probiotiques, et qui se retrouvent naturellement dans les fruits, les légumes et le miel. Pour être efficace, il faut un apport en fibre qui doit être de 30 grammes par personne et par jour.
Les prébiotiques servent à :

  • Augmenter la quantité de bonnes bactéries dans l’intestin, jusqu’à 300 % selon la dose et la substance,
  • Améliorer le transit intestinal,
  • Réduire une inflammation intestinale,
  • Augmenter l’absorption des minéraux comme le magnésium, le calcium, le fer et le zinc.

Il y a plusieurs catégories de prébiotiques qu’on trouve dans différents aliments :

  • L’inuline (artichaut, ail, asperge, topinambour, banane ou racine de chicorée)
  • La pectine, dans tous les fruits dont on peut faire de la gelée : pomme, groseille, coing, agrumes…

Le principal supplément de prébiotique sur le marché est le fructo-oligo-saccharide (FOS).

Apparus plus récemment, les scFOS (ou FOS à chaîne courte) auraient l’avantage d’être plus spécifiques aux bactéries bénéfiques pour la santé que les autres FOS qui nourrissaient les bonnes comme les mauvaises bactéries.

Comment utiliser au mieux ces bactéries

Lorsque notre flore intestinale est altérée, l’idéal est de commencer par prendre des probiotiques pour la « réensemencer ». Une fois que la flore est réparée, on peut passer aux prébiotiques pour la nourrir et l’entretenir.
Pour que les probiotiques soient efficaces, il faut ingérer 10 millions de bactéries probiotiques pour qu’il puisse en arriver un nombre suffisant dans les intestins, car l’action des sucs gastriques dans l’estomac en tue près de 90 %.