Support Téléphonique

Nos conseillers sont à
votre écoute au
01 30 08 73 30

 
01 30 08 73 30

Vous n'avez aucun produit dans votre panier.

Swipe to the left
Manger sans stress : plus qu’un idéal, une nécessité pour votre bien-être
Par Valentin 28/10/2015 Vu 1592

Une alimentation adaptée permet de mieux réagir face à la pression et garantit votre vitalité

À l’approche de l’hiver, les jours raccourcissent et le stress augmente. Face à la pression au travail, il est fréquent de réagir impulsivement, en mangeant ses émotions. Au contraire, une bonne alimentation peut vous aider à stabiliser votre humeur et à conserver votre vitalité estivale. Voici nos quelques conseils bien-être.

Les causes du stress et son influence néfaste sur le comportement à table

En état de stress, notre corps maximise les dangers potentiels, et le cerveau envoie un message frénétique au reste du corps : il lui suggère de faire des réserves. Conséquence : alarmés par nos hormones, nous nous vengeons sur la nourriture et ingurgitons beaucoup plus qu’il ne faudrait. Surtout, des études récentes tendent à signifier qu’en cas de stress, nous nous précipitons surtout sur des aliments sucrés et gras, trop salés et pauvres en nutriments essentiels comme les vitamines. C’est un cercle vicieux : plus je stresse, pire je mange, moins je dispose des nutriments qui me permettraient d’être plus serein. Avec en bonus des maux de ventre si l’on mange trop vite.

Le cercle vertueux : comment manger mieux permet-il de lutter contre le stress ?

Si le stress de la vie quotidienne, surtout si vous êtes citadin, nuit à votre réponse alimentaire, à l’inverse, certains aliments permettent d’être plus serein. Il s’agit de les choisir riches en magnésium, comme les noix et les fruits oléagineux, les légumes secs de type lentilles ou pois chiches. Faites le plein également en lécithine, dont le tofu regorge, tout comme les œufs (leur jaune). Privilégiez les acides gras Oméga 3 bons pour le cerveau. N’oubliez pas de consommer suffisamment de protéines pour ne pas être affamé durant la journée : la faim augmente le stress, et l’on réagit impulsivement en mangeant du chocolat. Le cacao est très riche en magnésium, mais le chocolat contient aussi du sucre et des graisses. Il peut calmer lorsqu’on est en hypoglycémie, mais il ne faut pas en abuser. Préférez-lui les sucres lents, qui apaisent le cerveau en lui fournissant du carburant de façon continue et équilibrée tout au long de la journée. Et asseyez-vous lorsque vous mangez : vous vous mettrez en mode « pause ».

Concrètement : dès le matin, une bonne alimentation pour éviter les craquages nerveux

Le matin, prenez un petit déjeuner copieux, mais attention ! Choisissez bien vos aliments ! Pas question de vous surcharger en sucres rapides : n’abusez pas de confiture ou de pâte cacaotée. Quant aux céréales soufflées, on considère que les glucides qu’elles apportent sont presque aussi rapides que du sucre pur. Rien de pire pour atteindre un pic d’hypoglycémie à onze heures, ce qui déclenche une production d’hormones du stress. Optez donc plutôt pour du pain complet, ou du porridge à base d’avoine ou même de quinoa. Ajoutez des fruits oléagineux pour leurs graisses très utiles au cerveau, et n’hésitez pas à consommer des fruits frais pour faire le plein de vitamines et un laitage non sucré.

Maintenez votre vitalité tout au long de la journée

On l’oublie trop souvent : buvez ! L’eau hydrate votre corps, elle le nettoie de toutes ses toxines et vous aide à vous sentir bien. Répartissez votre consommation d’eau entre les repas : il est préférable de ne pas surcharger l’estomac lorsqu’il se remplit d’aliments. Midi et soir, mangez léger, mais sain : des légumes de toutes les couleurs, une source de protéines animales ou végétales, une source de glucides lents comme des céréales complètes, un laitage et un fruit. Surtout, privilégiez les aliments qui vous permettent d’atteindre rapidement la satiété : ce sont aussi ceux qui apaisent les angoisses. Les lentilles calent bien, car elles sont riches en magnésium et en protéines, autant qu’en fibres. N’hésitez pas à faire suivre votre dîner d’une tisane apaisante et digestive. Elle facilitera l’endormissement et vous aidera à redémarrer le lendemain au meilleur de votre forme.

Faire sauter la pression : de l’utilité du goûter

Non, le goûter n’est pas réservé aux enfants : il permet de faire un break en fin de journée, et évite de se ruer sur le dîner après une journée éprouvante. Faites-en un rituel, composé par exemple d’un laitage et d’un fruit. Vous pouvez même vous permettre deux à trois carrés de chocolat noir si vous le souhaitez : vous le digèrerez mieux s’il n’est pas consommé avec le plat du soir.