01 30 08 73 30

Vous n'avez aucun produit dans votre panier.

Swipe to the left
Le sucre blanc, la substance toxique à prohiber ?
Par Elise 19/01/2017 Vu 1653

Comment ce glucide nous rend tous terriblement accros

Les dernières révélations parues sur le sucre résonnent terriblement à nos oreilles : cette substance si douce à nos papilles nous rendrait accros, serait toxique pour notre corps et favoriserait certaines maladies typiques des pays industrialisés. Mais attention aux raccourcis ! Glucide, sucre et sucre blanc ne sont pas des synonymes stricts : une petite mise au point essentielle s’impose donc pour notre santé.

Découvrez les secrets les plus noirs du sucre blanc

Les différents glucides sont des molécules fournies par notre alimentation (lait, céréales, fruits…) et essentielles à notre corps. Métabolisés, ils constituent une source d’énergie irremplaçable pour nos cellules. Mais la composition et la « qualité » de ces glucides sont très variables. Ceux mis en cause ? Les glucides raffinés par l’homme, notamment le sucre blanc. Issu de la betterave sucrière, il est obtenu après plusieurs traitements physiques de raffinage qui le dévitalisent totalement : il ne contient plus ni protéines, ni fibres, ni sels minéraux ou oligo-éléments.Comme il ne peut être assimilé par le corps, il fournit uniquement de l’énergie, sans apporter aucun intérêt nutritionnel.

Mais son action ne se limite pas à cela. Consommé en grande quantité, il provoque une hyperglycémie que le pancréas régule en produisant de l’insuline. Suit alors une hypoglycémie que le cerveau tente de contrecarrer en réclamant plus de sucre. Le cercle vicieux de la dépendance s’installe, et le risque de diabète s’accroît.

Comme le sucre, consommé en quantité importante, acidifie excessivement le corps, celui-ci puise dans ses réserves, notamment de magnésium et de calcium, pour en limiter les effets. S’ensuivent des carences, pour les os et les dents, mais aussi des perturbations de tout l’appareil digestif. Saturé de glucose, le corps finit par stocker le surplus sous forme d’acides gras, favorisant les problèmes de santé : obésité, cancers et maladies cardiovasculaires.

Savourez avec modération 4 substituts au sucre blanc bien moins toxiques

Sans recourir aux édulcorants, plus « chimiques » et plus polémiques, il existe des produits sucrants alternatifs moins nocifs.

Dans la famille des sucres de table, mieux vaut privilégier le sucre de canne complet ou intégral, appelé aussi rapadura ou moscovado. Leur mode d’obtention, sans processus de blanchiment, permet de conserver sels minéraux et oligoéléments. Ils remplacent avantageusement le sucre blanc dans toutes ses utilisations, apportant des arômes de caramel ou de réglisse délicats.

Le sucre de bouleau ou xylitol (alcool de sucre) est obtenu à partir de l’écorce de cet arbre. De nature différente des autres sucres, il en possède globalement le même pouvoir sucrant, tout en étant deux fois moins calorique. Seul bémol, il peut être source de troubles intestinaux.

Le miel, moins calorique, bien que présentant un indice glycémique aussi élevé que le sucre, offre des bienfaits nutritionnels reconnus, car il est riche en minéraux, vitamines et antioxydants. Ses propriétés antibactériennes en font un partenaire santé idéal.

Enfin, le sirop d’érable résulte de la cuisson de la sève issue de l’arbre. Très naturel, il est riche en vitamine B, zinc et manganèse. Sa forte saveur sucrée permet d’en consommer en moindre quantité.

Accro aux plats préparés industriels ? Cherchez les glucides

Notre alimentation est truffée de sucre blanc plus ou moins caché : sucreries, desserts et surtout produits alimentaires transformés, y compris certaines préparations salées. Lisez la composition de votre achat, vous aurez bien des surprises. 35 kg par personne et par an, voilà le triste score français.