Support Téléphonique

Nos conseillers sont à
votre écoute au
01 30 08 73 30

 
01 30 08 73 30

Vous n'avez aucun produit dans votre panier.

Swipe to the left
Le régime hypocalorique et hyper-protéiné : mode d’emploi et effets sur la santé
Par Valentin 21/01/2016 Vu 3055

Une perte de poids rapide grâce à une alimentation riche en protéines

Une perte de poids importante en un temps record : voilà la promesse du régime hyper-protéiné. Riche en protéines et pauvre en glucides et en lipides, cette alimentation oblige notre organisme à fonctionner différemment : tour d’horizon des effets d’un tel régime sur la santé.

Fonctionnement : on mise tout sur l’aliment hyper-protéiné

Le mode d’emploi est simple : on remplace les aliments habituels par un substitut hypocalorique, mais surtout hyper-protéiné. La forme est variable : en poudre à « shaker », en barres ou à boire, mais dans tous les cas une préparation appauvrie en glucides et en lipides. Le régime fonctionne en trois phases :

  • La phase d’attaque est la plus restrictive et dure au maximum un mois : seuls les substituts sont autorisés. Selon le régime choisi, on peut ajouter des légumes verts sans matière grasse.
  • La phase de croisière conserve les substituts, mais on reprend progressivement une alimentation « normale » grâce à un repas par jour composé d’aliments pauvres en calories. Crudités, viande ou poisson maigre, légumes, protéines laitières à 0 % et quelques fruits sont au programme jusqu’à obtention du poids désiré.
  • La phase de stabilisation permet de repasser sur un mode classique de deux à trois repas, bien évidemment légers. On rajoute quelques féculents en quantité raisonnable et on mange de tout, en évitant les aliments trop gras ou trop sucrés. Le régime hyper-protéiné entraînant une perte de poids rapide, la phase de stabilisation doit être particulièrement longue, soit au moins une année. Dans la réalité, pour ne pas reprendre de poids, il faut conserver ce type d’alimentation à vie.

Les effets néfastes du régime hyper-protéiné sur la santé

La motivation est au cœur de la réussite d’un régime : plus il est restrictif, plus il sera difficile de le tenir sur la durée, surtout si l’on est gourmand ou si la nourriture agit comme un réconfort lors des phases de baisse de moral. Les saveurs ne sont souvent pas à la hauteur, car les exhausteurs naturels de goût sont absents, comme les graisses et le sel, ce qui peut créer un effet de lassitude ou de rejet. S’il est difficile à suivre moralement, le régime hyper-protéiné peut aussi mettre le corps à rude épreuve. Les substituts sont incomplets et ne contiennent pas toutes les vitamines et minéraux dont notre organisme a besoin pour fonctionner. Ils ne peuvent remplacer une alimentation variée et entraînent des carences et de la fatigue à terme. De plus, on sait que les omégas 3 sont indispensables au bon fonctionnement de notre cerveau et de nos cellules : en supprimant les matières grasses, on prive notre corps d’une source de nutriments essentiels. La particularité des protéines est la génération de déchets azotés lors de la digestion des aliments. Ces déchets sont évacués dans les urines et sollicitent très lourdement les reins lors d’un régime hyper-protéiné. C’est pourquoi ce type de régime est interdit pour les patients souffrant de pathologies rénales, cardiaques ou de la goutte. Il est indispensable de s’hydrater en conséquence : soit deux litres d’eau par jour minimum. Une étude IFOP de 2010 a prouvé que le rebond après un régime hyper-protéiné de type Dukan est très important : 80 % de personnes ont repris leur poids de départ après quatre ans. Le problème fondamental avec les régimes sélectifs, c’est qu’ils ne peuvent être tenus sur la durée sans porter atteinte au physique comme un psychisme : ils sont de plus en plus décriés par les spécialistes.

Une perte de poids saine grâce à une alimentation équilibrée

Une alimentation équilibrée doit contenir 55 % de glucides, 15 % de protéines et 30 % de lipides : on comprend donc à quel point le régime hyper-protéiné peut être mauvais pour notre corps, qui ne sait pas gérer les déchets générés par ce type d’alimentation.

Pour éviter la reprise de poids presque inévitable, la vraie solution réside dans un régime qui n’en est pas vraiment un : c’est-à-dire un mode d’alimentation qui n’exclut aucun groupe alimentaire, car tous sont indispensables à notre organisme. Toutefois les substituts hyper-protéinés peuvent servir à initier une perte de poids ou à franchir un palier de stagnation lors d’un régime : utilisés lors de micro phases de deux ou trois jours, ils ne pourront alors pas entraîner de carences sur l’organisme.