Support Téléphonique

Nos conseillers sont à
votre écoute au
01 30 08 73 30

 
01 30 08 73 30

Vous n'avez aucun produit dans votre panier.

Swipe to the left
La « zone du bonheur » identifiée dans le cerveau par les scientifiques
Par Valentin 14/01/2016 Vu 2698

Le lien entre précuneus et sentiment d’être heureux selon une étude récente

Comprendre comment être heureux : une quête aussi ancienne que la philosophie. Les neurologues tentent d’élucider le mystère depuis longtemps, et une étude semble avoir fait une avancée majeure en la matière. Des scientifiques japonais ont ainsi mis en évidence, dans le cerveau, le rôle du précuneus, véritable zone du bonheur !

La recherche sur le cerveau des scientifiques japonais

Une équipe de chercheurs du département de développement neuropsychiatrique de l’université de Kyoto, sous la direction du Dr Waturu Sato, a présenté son protocole expérimental dans la revue Scientific Reports du 20 novembre 2015. L’objectif : identifier les structures cérébrales impliquées dans le bonheur. Ce dernier est conçu comme une expérience subjective basée sur un ressenti à l’intensité variable d’une personne à l’autre.
Les 51 volontaires, âgés d’une vingtaine d’années, ont tout d’abord répondu à des questionnaires issus de la littérature scientifique afin de quantifier le bonheur ressenti des participants. Les scientifiques ont ainsi mesuré deux paramètres principaux : la composante émotionnelle, basée sur l’intensité des émotions positives comme négatives, et la composante cognitive, basée sur le niveau de satisfaction de son existence. Ces résultats ont ensuite été comparés à l’analyse de l’imagerie du cerveau des participants, grâce à l’IRM.

Une zone du bonheur dans le lobe pariétal

En comparant les résultats aux questionnaires et les résultats de l’IRM, les chercheurs japonais ont pu aboutir à une conclusion : le précuneus des personnes au bonheur ressenti élevé présente une concentration de neurones plus importante. Le précuneus des volontaires ressentant plus intensément les émotions positives et les plus satisfaits de leur existence est ainsi plus volumineux. A contrario, les personnes tristes ou éprouvant des émotions négatives présentent un développement moindre du précuneus. Cette région du lobe pariétal, située dans la partie arrière supérieure du cerveau, serait ainsi impliquée dans le sentiment de bonheur. Depuis des siècles, la philosophie s’atèle à étudier la quête du bonheur. Et si celle-ci avait des fondements physiologiques ? Les structures cérébrales impliquées dans le bonheur sont encore mal identifiées par les neurologues. Cette étude ouvre donc sur un nouveau champ de recherches pour mieux comprendre les mécanismes impliqués dans cette quête.

Vers des programmes pour développer la capacité à être heureux ?

Le docteur Waturu Sato rappelle qu’il a été prouvé scientifiquement que la méditation peut contribuer à augmenter la masse de matière grise dans le précuneus. Il conclut ainsi la recherche sur ces mots : « Ce nouvel aperçu qui nous indique où le bonheur se produit dans le cerveau sera utile pour concevoir des programmes du bonheur fondés sur la recherche scientifique ». La méditation, l’une des clés du bonheur ? La science semble en bonne voie pour le confirmer…