01 30 08 73 30

Vous n'avez aucun produit dans votre panier.

Swipe to the left
La sensibilité au gluten enfin reconnue !
Par Valentin 28/09/2016 Vu 3812

L’intolérance aux céréales de la maladie cœliaque n’est plus seule !

Si l’intolérance au gluten est médicalement reconnue sous la dénomination de maladie cœliaque, il n’en va pas de même pour la sensibilité aux céréales. Une étude vient cependant de confirmer son existence, des résultats qui ont de quoi soulager nombre de patients.

Mais c’est quoi, exactement, le gluten ?

Le gluten est un ensemble de protéines présentes dans certaines céréales. Blé, orge, avoine et seigle contiennent ainsi ce constituant que notre organisme n’est pas capable d’assimiler, faute d’enzyme adaptée. Dans la maladie cœliaque, le gluten déclenche une réaction immunitaire provoquant l’altération de la membrane intestinale. Or, les farines de ces céréales sont utilisées comme matière première de nombreux aliments : pain, pâtes, gâteaux, pâtisseries, etc. Le gluten fait davantage parler de lui depuis plusieurs années pour deux raisons. Tout d’abord, celui-ci a été transformé pour répondre à la demande des industriels. Il se compose ainsi désormais de molécules cinq à dix fois plus grosses que précédemment dans les farines « naturelles » des siècles passés. Ensuite, le développement de l’utilisation de la farine comme épaississant dans les produits transformés a multiplié sa présence dans les assiettes, des plats industriels jusqu’aux sauces par exemple.

Une sensibilité enfin reconnue par une étude scientifique !

Une étude réalisée par le Columbia University Medical Center vient apporter un éclairage nouveau sur les symptômes de plus en plus fréquents parmi la population. Elle met ainsi en évidence l’existence d’une sensibilité au gluten non cœliaque. Jusque récemment, les patients se plaignaient de symptômes digestifs tels que des douleurs abdominales, ballonnements ou diarrhées. Des symptômes peu pris au sérieux dès lors que les tests de la maladie cœliaque apparaissaient négatifs. Or, il apparaît selon cette étude qu’ « il existe une base biologique pour ces symptômes chez un nombre important de ces patients » avec une mise en évidence d’une réaction inflammatoire du système immunitaire ainsi que l’observation de dommages sur les cellules intestinales. La sensibilité au gluten reposerait ainsi bien sur des fondements biologiques et non sur des symptômes imaginés.

Maladie cœliaque ou pas ? Faites le point avec un médecin sur votre intolérance

Si la sensibilité au gluten a été démontrée, elle se distingue pourtant de la maladie cœliaque, caractérisée par une réaction immunologique de l’organisme. Les recommandations alimentaires ne sont de ce fait pas les mêmes dans chacun des deux cas. En cas de symptômes intestinaux, n’hésitez donc pas à consulter votre médecin, le seul à même de faire réaliser les examens nécessaires, de poser un diagnostic et de vous préconiser, en conséquence, le régime alimentaire personnel le plus adapté à votre cas.