01 30 08 73 30

Vous n'avez aucun produit dans votre panier.

Swipe to the left
Être gentil, est-ce bénéfique pour une meilleure santé ?
Par Elise 05/11/2018 Vu 79

La bonté est une vertu qui présente bien des avantages sur notre organisme

Le 3 novembre se tient la journée mondiale de la gentillesse. Cette vertu aurait bien des avantages sur notre organisme. Être gentil est bénéfique à notre santé physique et psychique. La bonté, les attitudes positives sont garantes de relations harmonieuses avec autrui et d’une meilleure réussite professionnelle.

Être gentil est bon pour le cœur

On sait à présent que nos émotions influencent notre état somatique. On sait également que notre cœur contient environ 40 000 neurones, il n’est ainsi plus considéré comme un simple muscle, mais comme une sorte de deuxième cerveau.

Notre cœur est en lien étroit avec notre cerveau. Les pensées négatives accélèrent le rythme cardiaque et augmentent la tension artérielle alors que les pensées positives, la générosité apaisent le cœur et la tension et diminuent le stress qui en découle. Une étude publiée en 2001 dans la revue Psychological Science déclare que les individus qui pardonnent facilement présentent un meilleur système cardio-vasculaire que les rancuniers.

Être gentil est bon pour le cerveau

Être gentil semble bénéfique pour le cerveau dans sa globalité. Richard Davidson, spécialiste des neurosciences, a suivi un entraînement sur l’empathie, suite à une rencontre avec le Dalaï-Lama. Après 2 semaines, le cerveau semble s’être transformé. Des connexions se font entre le cortex préfrontal et des zones du cerveau liées à la compassion, et permettent d’être plus intuitif et plus apte à l’empathie. Aux États-Unis, des écoliers du primaire ont suivi un enseignement axé sur la sensibilisation aux relations humaines et ses émotions. Il s’est avéré que leurs résultats à des tests de lecture et de mathématiques étaient de 10 % meilleurs que la moyenne.

Un peu de bienveillance serait ainsi la bienvenue dans le monde du travail, lieu propice aux effets dévastateurs du stress. Communiquer de façon positive, dans un environnement apaisé, engendre une meilleure productivité des salariés et pourrait même avoir un effet positif sur leur système immunitaire. Lorsque nous sommes stressés, nous produisons plus de cortisol, hormone du stress. Celle-ci provoque des effets néfastes sur notre santé, et entre autres sur nos défenses immunitaires.

Être gentil nous rend plus heureux

Faire preuve de gentillesse nous rendrait plus heureux. Les personnes qui exercent une activité de bénévolat seraient moins sujettes aux états dépressifs.

On découvre ainsi que la bonté aurait un impact hormonal. Être généreux diminue la sécrétion de l’hormone du stress, le cortisol et augmente celle du bonheur, la sérotonine. Cette substance qui nous procure un sentiment de bien-être et de satisfaction.

L’entraide des uns envers les autres pourrait combattre les risques de solitude et les méfaits qui en découlent. Les relations sociales altruistes amènent à une meilleure estime de soi et sont bénéfiques à notre bien-être et à notre bonheur.

La bonté serait une vertu innée

La bonté est contagieuse et entre dans un cercle vertueux. Il n’est pas nécessaire de démontrer par de grandes études que la gentillesse entraîne la gentillesse. Lorsqu’on voit des personnes s’adonner à de bonnes actions, on aspire à faire de même. De plus, être gentil est dans notre nature. L’Université de Buffalo a réalisé une étude, publiée en 2012, qui définit que notre capacité à être bon serait d’origine génétique. On a constaté d’ailleurs que les bébés réagissent aux pleurs de leurs semblables, dès les premières heures après leur naissance.

La solidarité est finalement ce qu’il y a de plus naturel, puisqu’elle s’observe même dans les milieux animal et végétal. Laissons-nous emporter en toute simplicité par la bonté, puisque tout tend à nous prouver que nous sommes programmés pour être gentils et généreux.