Support Téléphonique

Nos conseillers sont à
votre écoute au
01 30 08 73 30

 
01 30 08 73 30

Vous n'avez aucun produit dans votre panier.

Swipe to the left
En quoi opter pour une alimentation saine réduit-il le risque de déclin cognitif ?
Par Valentin 23/10/2015 Vu 1904

Bien se nourrir pour mieux penser : minimiser la dégénérescence cellulaire

Lorsque l’on adopte une alimentation saine, et ce dès le plus jeune âge, on prend soin de tout son corps, y compris du cerveau. On minimise ainsi les risques de dégénérescence neuronale, inévitables à partir d’un certain âge. C’est prouvé : bien se nourrir réduit considérablement le déclin cognitif.

Pourquoi une alimentation saine vous permet-elle de booster vos neurones ?

Nous savons tous qu’une bonne hygiène de vie permet de conserver la forme plus longtemps. Ce à quoi l’on pense moins, c’est au fait que le cerveau est lui-même une partie du corps. Il est donc important de favoriser son fonctionnement, notamment par de l’exercice physique, une attention accordée au sommeil et une gymnastique intellectuelle quotidienne, comme la pratique de mots croisés. En outre, notre système cérébral a besoin de nutriments bien spécifiques pour fonctionner au mieux. L’alimentation-santé passe donc par l’absorption de vitamines, de sels minéraux et d’acides gras qui nourriront vos neurones et permettront de bien entretenir votre matière grise. Enfin, les antioxydants contenus dans les fruits et légumes, ainsi que les phénols dont regorge en particulier le vin rouge, sont réputés excellents pour la santé neuronale. Il est ainsi très important de bien choisir ce que l’on consomme, si l’on veut conserver sa vivacité intellectuelle tout au long de la vie.

Une alimentation saine permet de lutter contre le déclin cognitif

Avec le vieillissement des populations occidentales et l’allongement de l’espérance de vie, les chercheurs se plongent sur l’épineuse question du déclin neuronal. On étudie en particulier la dégénérescence liée à la maladie d’Alzheimer. Deux récentes études, portant sur un large panel international de personnes de plus de 55 ans présentant toutes des risques cardiovasculaires, ont permis d’établir un lien entre une bonne hygiène alimentaire et le retardement du déclin cognitif. Ainsi, les personnes qui ont suivi les recommandations alimentaires destinées à améliorer leur condition physique ont également vu leurs performances cérébrales augmenter et leur mémoire s’améliorer. En particulier, le régime méditerranéen, qui privilégie la consommation de légumes, de graisses insaturées et de poissons, semble favoriser les facultés cognitives autant que la bonne santé générale de l’organisme. L’accent mis, dans ce type de régime, sur la consommation d’huiles d’olive et de noix semble un facteur essentiel à l’amélioration de la santé cérébrale.

La dégénérescence neuronale est un processus naturel, pas une maladie

Il faut rester prudent face au déclin cognitif : il peut être ralenti ou retardé, voire réduit à néant. En revanche, la maladie d’Alzheimer est un processus à part, si bien qu’il est possible de minimiser le déclin cognitif indépendamment de la progression de la maladie. À l’inverse, il n’apparaît pas possible, pour le moment, d’éradiquer la maladie d’Alzheimer simplement par la voie nutritionnelle.