01 30 08 73 30

Vous n'avez aucun produit dans votre panier.

Swipe to the left
Conseil de Bastien : pourquoi faut-il manger moins de viande ?
Par Elise 10/05/2019 Vu 914

Non sans raison, privilégions une consommation réduite en produits issus d’animaux

Manger de la viande est devenu un sujet à polémique ces dernières années. Ma femme est devenue flexitarienne. Elle a pris l’initiative d’en consommer moins, sans la supprimer entièrement. Je l’ai suivie dans sa démarche pour diverses raisons : préserver notre santé, la planète et les animaux.

Manger moins de viande est meilleur pour notre santé

La France est un pays de carnivore. Un adulte ne devrait normalement pas consommer plus de 100 g de viande par jour, et maximum 43 à 71 g de viande rouge.

Lorsque nous sommes invités chez des amis, la plupart ne conçoivent pas un repas sans viande. Ma femme et moi avons pourtant décidé de réduire significativement cette consommation pour la santé de notre famille. Il existe même des applis pour nous aider à manger moins de viande.

De plus en plus d’études établissent un lien entre une consommation excessive de viande et le développement de maladies neurodégénératives, cardio-vasculaires, du diabète, de l’obésité et de certains cancers. D’après le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer), une consommation excessive de charcuterie et de viande de porc, de bœuf, de veau, de mouton, d’agneau, de chèvre et de cheval favoriserait le développement du cancer colorectal.

Le fer contenu dans les viandes rouges provoque une réaction chimique dans l’intestin qui agresse les molécules d’ADN et les cellules. Quant à la charcuterie, nous n’en mangeons que de façon occasionnelle. Chaque portion de 50 g augmenterait de 20 % les risques de cancer de l’intestin. J’ai également entendu qu’un régime alimentaire sans viande permettrait de perdre 4 kg en 6 mois, avis aux amateurs.

Préserver la planète en diminuant notre consommation de viande

En plus de militer contre la souffrance animale, manger moins de viande protégerait notre planète.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dévoile la responsabilité de l’élevage dans la pollution de notre planète. Celui-ci est la première source d’émission de gaz à effet de serre, soit plus que les véhicules, les trains et les avions. L’agriculture et la surproduction créent de nombreux déséquilibres en accélérant la déforestation et la disparition de certaines espèces.

L’impact contre la faim dans le monde serait également édifiant. Une meilleure gestion de l’agriculture pourrait réduire les écarts alimentaires dans le monde. On dit qu’un bœuf fournit 1500 repas alors qu’il en aura consommé 1800 dans sa vie. Le rapport est surprenant. 1/3 des récoltes de céréales dans le monde est destiné à nourrir les élevages et non les Hommes.

Malgré tant de raisons, ne supprimons pas tout !

Il ne s’agit pas non plus de supprimer totalement la viande de nos assiettes et de devenir végétalien. D’autant plus que certaines personnes, comme les enfants ou les adolescents, les femmes enceintes ou avec des règles abondantes doivent en manger pour l’apport en fer.

Mais il faut rester vigilant à ce qu’on mange. Un animal ingère, dans les élevages intensifs, au cours de sa vie, une quantité astronomique de substances chimiques et antibiotiques. À budget égal, en mangeant moins de viande nous pouvons acheter une viande de qualité. Nous privilégions ainsi les circuits courts, chez le fermier du coin, et les produits biologiques.