01 30 08 73 30

Vous n'avez aucun produit dans votre panier.

Swipe to the left
Comment bien identifier les sucres cachés dans l’alimentation
Par Elise 09/10/2017 Vu 119

Les meilleurs conseils pour débusquer le sucre libre dans les produits transformés

Plus de 4 Français sur 10 consomment trop de « sucre libre » (par opposition à celui contenu naturellement dans le lait, les fruits et les légumes), des glucides simples ajoutés lors de la fabrication des produits transformés. Largement documenté, un tel comportement nutritionnel peut provoquer l’apparition de soucis dentaires, de surpoids, de diabète et même de pathologies cardio-vasculaires. Dans l’alimentation quotidienne, ces sucres cachés abondent malheureusement et les identifier n’est pas toujours aisé. Pour vous aider à les débusquer et à les éviter, voici leurs principales sources et leurs différentes appellations.

Alimentation, découvrez où se trouvent vraiment les sucres cachés

Publiée en mars 2017, la première étude réalisée en France sur la pénétration des « sucres cachés » permet d’enfin lever le voile sur les produits les plus sensibles. Les analyses menées par les équipes de l’Inserm, de l’université Aix-Marseille et de l’INRA mettent en évidence la prédominance de la viennoiserie, de la pâtisserie, des biscuits, de la pâte à tartiner, des confiseries, des sodas et des jus de fruits. Le chocolat, la confiture et le miel sont également des sources à ne pas négliger ainsi que les produits laitiers élaborés (yaourts aromatisés ou aux fruits, entremets, crèmes desserts…).

Face à ces résultats, 2 conseils s’imposent pour éviter de surconsommer inutilement du sucre libre :

  • privilégiez, à chaque fois que vous le pouvez, le fait maison afin de contrôler vous-même les apports en glucides simples, notamment pour les boissons,
  • vérifiez régulièrement la teneur en sucre de vos produits alimentaires. À défaut de table d’indice glycémique, les repères nutritionnels vous offrent une information très intéressante pour comparer les références et détecter les préparations bien trop déséquilibrées.

Les 5 appellations des sucres cachés à connaître !

La lecture détaillée des étiquettes lorsque vous achetez des produits transformés constitue une autre méthode d’identification à retenir. Mais le sucre libre n’est pas encore mentionné en toutes lettres dans les compositions, ce qui prive le consommateur d’une information-santé essentielle.

Pour faciliter votre traque, voici ses 5 appellations principales :

  • le saccharose : extrait généralement de la betterave ou de la canne, il prend notamment la forme du petit morceau de sucre que vous mettez dans votre café. Vous le retrouvez aussi dans la plupart des confiseries. Résistant à l’insuline, il entraîne en cas d’abus une prise de poids.
  • le fructose : produit à partir d’amidon de maïs, son pouvoir sucrant très élevé le rend populaire dans la fabrication de glaces, de confitures, de sodas ou de biscuits. Pourtant, à hautes doses, il pose nettement problème : il se révèle laxatif, fait grossir et entraînerait le développement de maladies cardio-vasculaires ou de diabète.
  • le sucre inverti (noms commerciaux : trimoline, leboline, staboline…) : ce sirop composé d’un mélange de fructose et de glucose s’utilise surtout dans la pâtisserie industrielle, car il conserve le moelleux des préparations. Il présente globalement les mêmes effets sur la santé que le fructose.
  • le glucose : créé à partir d’amidon de blé (voire de maïs), il affiche un pouvoir sucrant 50 à 75 % moins important que le fructose. Il joue souvent le rôle d’exhausteur de goût, ce qui explique son utilisation dans des produits salés comme les sauces et le pain. Ses effets sont proches du saccharose lors d’une consommation excessive.
  • le maltose : obtenu par hydrolyse d’orge, il offre, à quantité égale, une saveur sucrée environ 2 fois moindre que le saccharose. Comme le glucose, il s’agit d’un ingrédient secondaire, présent notamment dans la confiserie, le ketchup et la bière. De forts apports en maltose n’auraient toutefois aucune conséquence sur la santé.

Pourquoi remplacer le sucre libre par des édulcorants n’est pas une bonne idée

Les édulcorants constituent l’alternative la plus courante proposée par les fabricants pour réduire la teneur en sucre des aliments. Mais les privilégier lors de vos courses semble peu pertinent. Plusieurs études lient leur consommation à une très nette augmentation du risque d’accident vasculaire cérébral et de démence. Par prudence, mieux vaut manger avec modération du « vrai » sucre !